Nul n’a le droit de se faire justice à soi-même. Si un propriétaire expulse lui-même le squatteur, ce dernier peut porter plainte contre lui pour violation de domicile. Défini par le code civil (article 102), le domicile représente l’endroit où la personne détient son principal établissement. Or votre maison secondaire, qui n’est de fait pas votre domicile, est devenu le domicile du squatteur.