La Loi ELAN du 24 novembre 2018 distingue le régime d’application de la trêve hivernale selon que le squat concerne la résidence principale de la victime ou bien l’une de ses résidences secondaires au sens large.

Dès lors, lorsque les lieux squattés constituent la résidence principale du propriétaire ou du locataire victime, les squatteurs ne bénéficient plus de la période d’hiver. Dans le cas contraire, ils en bénéficient par défaut mais le juge peut « supprimer ou réduire » ce délai.